Eugènie Weill - Bastien

et sa fille Jeanne

Eugénie Weill
Eugènie Weill - George,
Grand mère de Simone Hausermann, qui pensait que c'était une "maîtresse femmme", très énergique et très dynamique


Eugènie Weill


Eugènie Weill

Eugènie Weill,
née le 27.08.1848, † en 1900  à  52 ans 

arrière grand mère d'Yves Cordelle
46

Eugènie Weill

Eugènie Weill

Eugènie Weill est née à Paris en 1848, fille d'un relieur d'origine alsacienne : Charles Weill et d'une parisienne Augustine Hénos (page 45).
Elle devait avoir conservé des relations en Alsace par son père car, vers 1866, elle a épousé un marchand de fer à Saales, fils d'un notaire de Saales : Jules (ou Louis ?) Bastien (page 47). Deux enfants sont nés de ce mariage : 

Jeanne Bastien (page 471) 1867 - 1928 "marraine" ou "Mara" (marraine de Suzanna Hausermann-Chedal et / ou de Simone Hausermann - Cordelle), mariée à Robert Gervais "tonton Robert" (page 472)

Et Suzanne Bastien, décédée en bas âge, pendant le siège de Paris (1870). 

Jules Bastien est mort prématurément en 1870, et Eugénie s'est remariée en 1873 (page 481), toujours à Saales (mais alors en Alsace annexée au Reich Allemand) avec Julien George (page 48), instituteur à Saales et leur fille Marguerite George a été la grand-mère d'Yves Cordelle.

Eugènie George était une "maîtresse femme", qui semble avoir repris le commerce de son premier mari, et s'est fait vite aider par le deuxième mari qui était qualifié commerçant  et non plus instituteur, à la naissance à Saales de Marguerite en 1874. 

En 1875, ils ont décidé d'émigrer en France pour éviter la germanisation obligatoire des enfants nés après 1871. La sœur d'Eugènie, Adeline Collard était alors à Cherbourg, garnison de son mari. Les George avec leur deux filles s'y sont installés et ont repris un commerce de boissons : le "Café George (page 462)", 26 rue de l'Union, qui deviendra progressivement le rendez-vous des officiers, dans une deuxième salle, puis le cercle des officiers, avec une bibliothèque dont certains ouvrages sont maintenant chez Yves .


Après le mariage de ses filles, et la mort de son mari, Eugènie s'et éteint le 26 décembre 1900 à Cherbourg. 

 


Un autographe.

Elle a vu mourir beaucoup des membres de sa famille

La carte du "café George" à Cherbourg, 26 rue de l'Union, 

devenu aussi cercle des officiers

 

 

 

 
Retour accueil