7222
13 octobre 1941, Jean Cordelle au Blanc, de passage venant de Paris et y retournant, à Jean Hausermann à Rosario. Brouillon de la lettre.

 

Ces lettres partent de la zone libre, mettent longtemps à arriver (toutes n’arrivent pas) et sont ouvertes (éventuellement saisies) par la censure française au départ de France. La rédaction est donc prudente, fait quelques références à la politique dans le sens qui convient à l’air du temps, et ne dit pas tout.

 

Mon cher Jean

Tes lettres des 6 et 30 août nous sont bien arrivées, chacune en 4 semaines de voyage, ce qui est acceptable. Bien que nous vous sachions tous en bonnes conditions cela fait toujours bien plaisir de vous lire et de savoir ce que vous faites. Nous ne t’avons pas répondu plus tôt, n’ayant pas eu l’occasion, Georges ou moi, d’aller au Blanc. Suzanne était en train de t’écrire, mais mon voyage s’étant décidé en quelques heures – selon les bonnes habitudes de l’entreprise – elle n’a pu terminer avant mon départ ; Georges va venir prochainement et te l’enverra.
Ton pouvoir est bien arrivé, merci. L’inventaire de Vierville a été fait, il a été signé par le maire Leterrier. Nous avons gardé l’appartement de Nany, 27 av. de Lamballe ; le propriétaire a consenti un loyer de 2000F (le quart du loyer normal), et nous nous sommes fait exonérer de la contribution mobilière, l’appartement n’étant pas habité et étant utilisé en garde-meuble ; c’était la solution la moins coûteuse.
Nous avons passé les uns et les autres ces 3 derniers mois à Vierville sans difficultés , mais il n’en sera peut-être plus de même à l’avenir, les Allemands venant de créer une zone côtière dans laquelle ne pourront habiter et circuler que les personnes y ayant leur domicile principal ; c’est tout nouveau et nous ne savons pas encore si nous pourrons être rangés dans cette catégorie (ce sera possible car Leterrier nous a fourni des cartes d’identités locales). Si l’accès ne nous est pas permis, Marthe et les nouveaux gardes resteront naturellement sur place, et nous chargerons Pommier de la surveillance de la propriété. Nous te tiendrons au courant. Léon et Jeanne ont été remplacés par un ménage plus jeune avec 2 enfants en bas-âge, au sujet duquel Pommier nous a donné des renseignements excellents ; ils entrent en fonction après-demain, Suzanne y est pour une quinzaine de jours et les mettra au courant. Une difficulté s’est présenté au sujet du logement qui est trop exigu ; il faut que nous puissions loger des gardes ayant des enfants. Es tu d’accord pour réaliser 2 pièces (une grande et une petite probablement) au dessus du logement actuel ? Je crois que le plus tôt sera le mieux, un entrepreneur de Bayeux peut nous faire cela dans un délai de quelques mois, et plus on attendra, plus cela sera coûteux.

A part cela, tout va bien jusqu’ici à Vierville ; nous logeons une dizaine de chevaux dans les écuries. (il ne dit pas tout : les chevaux à loger sont allemands, pas un mot des officiers allemands logés à cette époque, 1 ou 2,  capitaine ou lieutenant, avec les ordonnances dans le communs avec quelques soldats pour les chevaux). Du potager nous avons fait le plus possible de légumes, mais les pommes de terre ont souffert d’un mois d’août humide ; heureusement il n’en est pas de même partout en France et la récolte est assez belle.
François et Michel ont terminé tard leurs examens, nous ne sommes allés à Vierville qu’en septembre, mais nous avons été favorisés par le beau temps, et ils s’en sont bien donnés à rentrer les foins, faire les battages et prendre des bains, ainsi d’ailleurs que Philippe et Jean-Pierre.
François était 5ème après le dernier sur la liste d’admission à Polytechnique ; comme il y a déjà une douzaine de démissions, on peut le considérer comme reçu, mais l’avis officiel n’est pas encore paru ; il nous aura donné des émotions. Michel est reçu à Navale 35ème sur 100. Les voilà tous deux qui quittent la maison puisque l’école Polytechnique est à Lyon , et l’école navale à Toulon, Fort Lamalgue à côté du Mourillon. Vautrin y est instructeur. Je n’ai pas besoin de te dire que tous deux sont bien content d’en avoir fini avec les Spéciales. Michel part dans 8 jours et François probablement à la fin du mois, laissant un grand vide dans la maison. Yves entre en 4ème à Janson de Sailly où le proviseur vient de réunir les parents pour leur expliquer les nouvelles directives de l’enseignement et les difficultés de l’heure ; nous avons enfin des dirigeants à  idées saines, j’espère qu’elles seront appliquées. Yves pense souvent à Jean-Paul car il n’a pas encore trouvé à se lier avec des camarades de son âge et c’est ben fâcheux.
Nous avons de temps en temps des nouvelles de la famille de Germaine et nous en aurons plus souvent maintenant puisque Michel est à Toulon, et nous savons leurs difficultés, le Sud de la France étant mal partagé pour certaines denrées alimentaires.
Les santés de tous ici sont bonnes. Ne vous faites pas d’idées noires sur notre vie, il ne faut pas s’exagérer les difficultés. La vie est compliquée car la limitation des quantités à distribuer oblige à des réglementations nombreuses, les maîtresses de maison ont fort à faire et à penser, mais nous sommes dans les favorisés et jusqu’ici tout va bien actuellement, d’ailleurs le ravitaillement présente une amélioration sur ce qu’il a été, tout serait plus facile si comme le dit le maréchal Pétain, chacun faisait bien ce qu’il a à faire. Cela viendra petit à petit, car il y en a trop qui étaient habitués depuis de longues années à la facilité. Si vous en avez l’occasion donnez et faites donner pour le Secours National, c’est une œuvre magnifique que nous voyons à l’œuvre et qui n’arrivera jamais à soulager toutes les misères.

Merci des renseignements que tu me donnes sur l’activité des travaux ; qu’est devenue l’affaire des quais de Rio Santiago ? Tant mieux pour les feuilles de maté, car ici elles s’envolent avec une rapidité effarante.
Nous espérons recevoir de nouveau des lettres de toi. Bonnes nouvelles des parents Cerisier à Cherbourg qui savent leur petit-fils arrivé, et du père et du frère de Khelstovsky.

_______________________________________________________

Retour accueil