7106

Nany à Jean et Germaine Hausermann à Rosario en février 1940

Vierville   mardi 6 février 1940     (EXTRAITS)

 

Triste anniversaire (Décès de Daddy, le 6 février 1924) que celui-ci, mes bons enfants,….J’ai prié pour vous tous mes chéris, vous confiant à votre cher père comme hier en pensant à mon Titi, je l’ai  confié plus spécialement à son Daddy….

 

… cela m’amène à parler de notre pauvre Muscadet, dont  j’ai eu indirectement des nouvelles : une partie des beaux et forts chevaux normands partis dès la 1ère heure sont paraît-il, hors d’usage, tant les soins et la nourriture leur ont manqué, ……… nos campagnes où les exploitations agricoles ont à peine de quoi se suffire pour les travaux actuels.

 

… Toutes les santés sont bonnes chez nous, Jean C. est décidément revenu à l‘arrière où il a retrouvé un bien-être qu’il ne connaissait plus, et puis il fait moins froid, il pleut….

 

…. Une bonne lettre de mon Phil à qui j’envoie chaque semaine un petit pain de beurre frais pour agrémenter son pain… et celui de ses camarades, me dit qu’il fait fonction de sergent ; il y a eu une prise d’armes, le défilé a été magnifique !! Je n’en doute pas et j’aurais bien voulu jeter un coup d’œil. …. Le père de son camarade Marchand, colonel et chef d’état-major, je ne sais où, écrit à Suzon que son corps – du génie – va être porté, et que d’ici peu Phil partirait au camp de Satory pour prendre livraison d’autos.

Bonnes nouvelles de Georges, qui doit être en possession de son Mimi (Marcel Hersent)… pour X temps. Il rentre (Georges Chedal) du Sud tunisien où il était avec quelques officiels pour je ne sais quels besoins ; ses affaires se développent bien et il paraît content, on lui envoie un comptable…. Le brave Georges n’a pas oublié la date du 6/2 (décès de Daddy en 1924). Je viens de recevoir une bonne et affectueuse dépêche me le rappelant,…

 

… J’ai vu ma doctoresse hier qui n’a rien modifié à mon traitement qu’un peu plus de remontant pour le cœur qui ne se décide pas à rajeunir. Sacré cœur, va ! Cela ira mieux vraiment quand je pourrai faire un tour chaque jour dans le jardin, cela est encore impossible ; j’ai pourtant profité d’un rayon de soleil pour faire avant hier, appuyée sur ma canne et emmitouflée comme un finlandais (ces références fréquentes à la Finlande rappellent que ce pays est à ce moment en guerre avec l’URSS et donc notre alliée de fait), le tour de mon potager que j’ai trouvé bien amoché par la gelée. Léon travaille à couper les arbres fruitiers. Les haies de fusains ont fini de subir leurs mutilations, et j’ai pu dégager entièrement la tour qui borde la route, les lauriers à moitié morts qui la bordaient n’ajoutaient rien à ces vieilles pierres, j’ai fait replanter dans le bas quelques fusains ; dans quelques années ce sera très bien – mes arrières neveux me devront cet ombrage –

 

J’ai commandé à Caen des cyprès de Lambert pour remplacer au moins un de ceux que j’avais fait planter autour de notre cabine de la plage ; quelques fusains en bordure du mur de la route ont été brûlés par l’eau de mer pendant une grande marée, et cela malgré le soin que j’avais pris de les abriter de ce fléau. Je vais faire planter 2 ampelopsis veivitchi (?) ; ces belles vignes vierges rouges que vous aimez bien, petite Maine, le long des bâtiments de ferme, cela égaiera de ce côté là, une aussi au pied d’un pawlownia dont il ne reste guère qu’une branche à un tronc sur la pelouse devant. Le pawlownia que j’ai planté il y a quelques années grandit droit comme un i. Ce sera sans doute mes acquisitions pour l’année, je voudrais refaire toute la clôture qui prend de la poste au château, par Dosso, si la somme n’en est pas trop exagérée. Je ferai l’autre côté une autre fois.

 

… j’attends notre Simon cette après-midi pour 3 jours… les écoliers n’ont aucune vacances de jours gras….

L’examen de l’X se passera à Coutances pour nos gars, c’est un avantage, ils se trouveront dans leur milieu…Ils vont tous bien, mais ce sont les travaux forcés pour les grands que l’on chauffe à blanc (Michel passera sans doute l’examen de Navale à Cherbourg, mais ce n’est qu’un essai du reste).

 

… j’ai.. terminé un gros chandail qui va partir au front pour un de nos petits soldats de Vierville qui me l’a demandé. J’y joindrai quelques gourmandises et un petit viatique car c’est un père de famille de 2 enfants ; la mère trait pour s’aider à vivre, et l’allocation accordée par l’Etat ne permet que l’indispensable.

 

 

Mercredi 7/2  

 

Notre Simon m’est arrivée hier fraîche comme une rose, et ayant grossi d’1kg1/2, nous avons bavardé ensemble comme des pies. Elle est allée fleurir la chère tombe de beaux œillets pourpres et de mimosas qu’elle avait apportés (je n’ai pas une fleur ici) ; elle m’apportais de bonnes nouvelles de tous et va me rester jusqu’à samedi. L’on doit vous envoyer des photos, vous verrez que la Normandie ne peut rien envier à la Finlande ; et vous admirerez le caporal ; les boys ont décidément adopté le pantalon de ski sur le gros soulier de montagne, il n’y avait que cela qui tenait et ils continuent maintenant, même Yves qui trouve que cela lui tient plus chaud que le pantalon court. Cela le grandit ! Il a inauguré aussi la coiffure rejetée en arrière, comme les grands….

 

… Oui nos soldats ont eu froid, -25° était coutumier, et même maintenant c’est le dégel mais avec une épaisseur de glace sur les routes qui a rendu le retour de la division de Jean vers l’arrière bien délicat. Les  autos de Jean sont cependant arrivées sans encombre, après des miracles d’équilibre par les chauffeurs.

… Georges recommande de ne pas ébruiter l’affectation spéciale de Mimi à Bizerte ; je suppose qu’il ne tardera pas à rejoindre la France et à s’occuper activement de la maison (Hersent). Les mollusques du Blanc en auraient bien besoin. C’est un tollé général sur eux. Tout cela demanderait à être rajeuni.

 

…. Simon vient de recevoir une paire de bas de soie naturelle (de) l’un de ses filleuls en permission. C’est un brave garçon qui soutenait ses parents âgés et se trouvait privé de bien des choses. Simon a tricoté pour lui, et à sa 1ère permission il a repris son travail dans une bonneterie pour offrir un peu de son travail à sa marraine. Le geste est touchant, ses lettres aussi.

… plusieurs ajournés des vieilles classes ont passé une nouvelle révision. D’aucuns, dont le fils Ygouf ont été repris.

 

Je vous embrasse tous les 4 bien tendrement pour nous deux – Simon – Le bonjour de nos gens toujours braves  

votre Nany

_____________________________________________

Nany à Jean et Germaine Hausermann à Rosario

Vierville   mardi 20 février 1940     (EXTRAITS)

 

… Ici je me ratatine un peu auprès de mon feu, car après avoir eu quelques jours sinon agréables au moins possibles nous sommes retournés dans le froid polaire, heureusement sans que cela dure, puisque ce matin le thermomètre marque +10°, s’il y avait seulement un peu de soleil mais c’est la brume grise que tu connais bien. Vivement le printemps ! Jamais je n’ai tant désiré le ciel bleu et la chaleur ; je croyais en avoir une indigestion prise autrefois pour toute ma vie ; les ans se chargent de me faire changer d’avis. Je vais cependant mieux, je suis moins lasse, et à partir de 2h1/2 à 3h de l’après midi, je me sens presque capable de faire une petite marche militaire. C’est le fait de tous les hypotendus de ma sorte ; il n’y a pas grand chose à y faire que de vivre avec son mal. Je devrai revoir la petite doctoresse dans les 1ers jours de mars ; je lui ai demandé de me suivre ainsi tous les mois. Sa douceur persuasive veut me faire croire qu’avec le printemps, le soleil, etc !

 

J’attends jeudi votre aînée avec sa fille pour passer la journée, celle-ci s’est débarrassée de sa varicelle qui a été bénigne mais elle reste pestiférée jusqu’à la fin de la semaine pour Yves, qui sorti de sa grippe a repris hier les classes.
Simon a pu aller passer 24h  avec son Jean à Paris, il avait été appelé au Ministère du Désarmement (sic) et il est probable qu’il sera prochainement changé d’affectation. Simon lui a trouvé bonne mine, engraissé, un appétit d’ogre, il en avait besoin le pauvre vieux. Ils étaient descendus au Terminus où ils ont trouvé bain et chambre chaude ; nos appartements de l’avenue de Lamballe sont inhabitables. Ils avaient fait signe au caporal, mais celui-ci n’a pu obtenir la permission nécessaire pour venir déjeuner avec eux, ce n’est pourtant pas bien loin de Paris. Ils ont eu l’idée d’aller partager son déjeuner dans quelque guinguette de l’endroit, mais sont arrivés trop tard, le caporal avait déjeuné. N’empêche qu’il était fameusement content de retrouver des figures connues et que la course qu’il a piquée en apercevant ses visiteurs a montré à ceux-ci le plaisir qu’ils lui ont fait. Il allait très bien, une mine superbe….

Simon est rentrée avec une pharyngite carabinée et ce n’est pas elle à qui j’ai parlé ce matin au téléphone, mais votre aînée. Quelle belle invention que ce machin là !

 

Bonnes nouvelles de Georges qui possède son Mimi à Bizerte. Il est, paraît-il, charmant, prenant ses repas avec lui, et parle de quelques modifications à faire au bureau. Il se moque doucement des 3 vieilles barbes qui peuplent Le Blanc (il ferait peut-être mieux de les rajeunir). Ils ont failli être gelés au bureau parce que les Beaujon (qui habitent la maison où sont installés ceux-ci) avaient oublié de commander du bois. Il a fallu que Georges Hersent  en envoie un plein chargement d’Azay (château d’Azay le Féron, résidence de Georges H.)…Enfin ils sont surtout préoccupés chacun de leur petite vie particulière, c’est ce qui explique que tu attendes vainement une réponse à tes lettres…..

 

On révise les anciennes classes et quelques unes sont rappelées en activité pour permettre à d’autres de rejoindre leur place en arrière. Nos braves fermières ont bien besoin de l’aide de leurs maris pour finir les labours et préparer les récoltes. J’ai vu Dubois qui m’a appris que Jacques de Mons était rappelé, il peut évidemment rendre des services à l’armée ...... Rien de nouveau dans notre petit village, la cantine scolaire ne sera décidément pas réorganisée, on distribue du pain aux familles nombreuses et aux vieux mais les 1ères sont très largement aidées maintenant par les allocations que l’Etat distribue – non sans raison – et au surplus les pères de famille sont maintenant à leur foyer. J’ai donc toujours vos 500F que Dubois m’a encore priée de réserver pour un à coup non prévisible.
Nous avons toujours de grandes facilités de ravitaillement, le pain (s’il est moins bon) n’est pas rationné, ni le sucre, ni le café, nous sommes 3 jours sans viande, mais il reste les volailles et le poisson. Le principal c’est de ménager à nos soldats une gamelle copieuse.

 

Un coup de téléphone (toujours ce brave téléphone !) de Pommier, grippé, m’a annoncé qu’il était enfin en possession des 16 billets dus par la succession Gervais. J’ai poussé un ouf ! Il a été très habile et très patient ce brave notaire….

Je tricote toujours activement et continuerai même cet été… pour l’hiver prochain. Je continue à recevoir la visite de nos mobilisés venus en permission. Ils ont tous belle mine, et ne se plaignent pas ; ils ont tous passés pourtant de terribles jours au moment des grands froids. C’est un plaisir pour moi que de regarnir certains porte-monnaie un peu à plat, ce qui amène toujours le sourire.


Mercredi -  ……Le temps à l’air de tourner du bon côté décidément et hier, appuyée sur ma canne j’ai pu aller au potager où Léon soignait ses pêchers (quel aria !) il m’a montré fièrement, en me priant de le dire à Mme Jean, les fameuses vignes que Mr Leterrier lui a données et qu’il a soigneusement coupées et palissées « Mme Jean  mangera du raisin à son prochain voyage ». Je suis sceptique et vous engage d’avance, ma chère Maine, à vous armer de courage pour ne pas faire la grimace

….Avez-vous reçu le livre de mon Titi pour sa fête ? Il y en a un autre en route pour mon Jean-Paul.

Entendu pour le robinet d’arrêt dans l’escalier de service mais je crois que par le tuyau enterré l’eau va dans la partie de la maison où sont les WC. Impossible donc de faire la vidange. J’attendrai, car voici les beaux jours….

_________________________________________________

Nany à Jean et Germaine Hausermann à Rosario

Vierville   mardi 27 février 1940     (EXTRAITS)

 

…. Une lettre de Maine du Riachuelo, et que Simon m’a fait suivre par Suzon me confie en effet qu’elle reprend du courage, Dieu sait si je m’en réjouis ! La vie reprend ses droits, tous ceux qui ont été frappés le savent bien, la douleur ne s’efface pas, elle s’apaise, se modifie sans que l’on s’en aperçoive…. Dieu fait bien ce qu’il fait !

 

Ici cela va, je ne peux pas me plaindre, je suis sortie avec votre aînée en voiture, mais voici 2 jours qu’appuyée sur ma canne je vais au jardin. C’est un fameux progrès que j’attribue à la température moins rude, au soleil qui de temps en temps fait son apparition.  Suzon qui m’est arrivée  jeudi avec sa Bison, m’est restée jusqu’à dimanche après le déjeuner, entre temps et par téléphone Simon nous apprenait qu’à peine remis de sa grippe Yves avait la rougeole, assez forte. C’est heureusement assez court et déjà il n’a plus de fièvre, mais il reste pestiféré jusqu’aux vacances de Pâques où je les attends tous. La fille n’ayant pas encore eu la rougeole en est déjà contaminée a dit le Dr, si elle doit l’avoir, et au fond cela vaudrait mieux d’en finir d’un coup. Suzon ne serait pas fâchée que ce fût fait, et c’est pour cela qu’elle est repartie à Coutances sans attendre les délais prévus.
Tout le restant de la maisonnée va bien, sauf JP …….. Suzon et Georges se font beaucoup de tourment, je les comprends, mais il faut que JP ait un papier en poche avant son incorporation. Il se pourrait que celle-ci fût retardée de 3 à 6 mois. Les casernes regorgent d’hommes dont on ne sait que faire et la classe 39 qui devait être appelée en avril ne le sera plus que par moitié. Cela doit te calmer, mon Jean, quand tu déplores avec Canonne de n’être pas au front. …. Les officiers de réserve sont à ce point nombreux que des régiments en sont entièrement composés, par exemple celui de Jean C. Les officiers d’active sont dans les dépôts et Dautry vient de donner un fameux coup de balai dans son ministère pour renvoyer ceux-ci aux régiments et combler les places vides par des officiers de réserve. C’est du moins les nouvelles transmises par Gaby à son beau-frère qui l’a vu à Paris.

…..Rien de nouveau dans notre village, les vieux dégringolent les uns après les autres, c’est de leur âge, on enterre demain le père Brisset, ancien facteur et le vieux père Célestin est au plus mal…..

…..Bonnes nouvelles de Georges toujours en possession d’un patron charmant ; il vient d’enlever pour 45 millions de travaux, cela l’enchante, il est possible que Sagne toujours mobilisé y soit affecté spécialement. Bousquet est en Tunisie, il aurait bien voulu emmener Georges à sa mine, (avec la voiture de celui-ci) cela me rappelle le voyage de Père !! Mais Georges s’est récusé, je n’en suis pas fâchée, il y en a qui savent trop bien profiter des facilités des autres.
…..Cela m’amène à te demander de la part de … de ne point parler de son maté que le moins possible, car tes lettres sont parfois ouvertes. Tout cela n’est pas bien beau, et les belles reliques que vous venez de recevoir de votre petit aviateur méritent plus d’attention. Vos 2 fils en auront la garde après vous.

 

Dagoubert a travaillé toute la semaine à réparer les dégâts causés par la gelée, un vrai désastre, surtout dans ma salle de bains, il a fallu enlever la baignoire, soulever 3 tuyaux venant de chez Suzon, l’un était crevé au passage du plafond ! Je suppose donc que mes ordres de vider tous les tuyaux ont été bien mal exécutés par nos gens qui n’y comprennent rien, et j’étais dans l’impossibilité d’y aller mettre mon nez. Nous n’en sommes pas quittes, Jeanne vient de me dire que cela coule près du réservoir ; pourvu qu’il suffise de remettre une plaque de ciment comme cela a déjà été fait !  J’ai bien toujours le réservoir neuf, mais c’est tout un aria pour le poser et le village est vide de jeunes qui pourraient s’en occuper. Il faudrait abattre un coin du mur de la salle du moteur pour le passer et le monter. Ce que je peux enrager d’être à peu près sans moyens personnels pour surveiller nos gens de près. Ils sont juste bons pour faire des pommes de terre (c’est le moment).

Avec Suzon, nous avons été faire quelques promenades ; j’en ai toujours grand plaisir ; nous sommes allés jusqu’à Campigny où il y a 2 vieux châteaux ; mais nous y retourneront pour visiter l’église où se trouvent 4 gisants, et aussi une belle cheminée Renaissance dans une ferme. C’est enterré dans la campagne, tout cela à 15 km de La Mine et l’on se demande pourquoi tout ce luxe et à qui il servait ! Les chemins qui y mènent ne sont pas  bons ! qu’est ce que cela devait être sous Louis XII ou François 1er ?

Bonnes nouvelles de Jean C. qui se repose dans les Basse Vosges et de notre caporal qui va être muni avant de partir au front d’une motocyclette. Suzon a bien envie d’aller passer la journée de dimanche avec lui à Vernouillet ; je l’y encourage fortement ; d’ici peu elle n’aura aucune facilité de le faire, car dans 1 mois ce sera le départ pour l’arrière front, puis le front… finie la quasi sécurité, car il y a malheureusement toujours, peu ! mais toujours des victimes dans les coups de mains chaque jour.

 

Mercredi 28/2 1940   …. Je viens de voir Dagoubert pour la fuite du réservoir ; après avoir exposé que la réparation en était très difficile – moi de lui répondre que rien n’était impossible et qu’il fallait le faire, il se trouve que ce n’est pas le réservoir, mais un tuyau de plomb qui passe par derrière qui est crevé. Cela se fera donc sans trop de mal. Cela m’a permis de constater que le plafond de la salle du moteur s’affaisse terriblement… idem dans l’endroit où l’on met les carrioles. Le poids des plafonds de terre en est cause ; mais quelle réparation !… je suis  bien vieille pour entamer tout cela et au surplus il n’y a pas un ouvrier par ici en ce moment qui puisse la faire. J’ai bien besoin d’avoir près de moi un de mes hommes pour s’occuper de cela , mon Jean ! …

Quand penses-tu revoir ton trio ? C’est vraiment bien pratique cet avion (de quoi s’agit-il ???), et je suppose qu’on doit l’attendre avec bien de l’impatience au Riachuelo ! …..

____________________________________________________

Retour accueil