Vierville 1939, construction d'un canoë

694

Extrait de la lettre de Nany à Toutouni et Tante Maine le 28 juillet 1939

"…………Nos boys construisent avec beaucoup d’adresse et de soin un nouveau canoë dont ils ont acheté les plans à Paris. Le chantier est installé près du pigeonnier et je suis avec intérêt la marche de leur travail. On peut dire qu’ils s’en sont tirés tout seuls, faisant eux-même les commandes de bois, s’aidant des scies mécaniques de nos menuisiers du village, ravis eux-même de participer à l’exécution. Depuis hier la lessiveuse de Jeanne contient de l’eau qui bout à gros bouillons et où trempent des bois dont on doit pouvoir se servir plus maléablement, alors on a construit un foyer en plein air, qu’alimente à longueur de jour Michel ; Ils y étaient encore hier soir à 9h1/2. La coque en bois léger dont le bâti(?)  disparaîtra lorsqu’il en sera temps sera recouverte d’une forte toile qu’on rêve de peindre en noir, pour faire plus original avec des filets rouges et blancs sous le plat bord(?) Tout cela fourni avec la participation de la bourse de chacun des boys, sans qu’aucun des parents, ni même de Nani !!! ait été mis à contribution. Ils y mettent un point d’honneur. Jean C. qui a naturellement inspecté « les travaux »  et m’a exprimé sa satisfaction ; plus même, presque son admiration sur leur savoir-faire. Jean-Pierre et François sont les 2 animateurs de l’affaire et certainement aussi les plus adroits, et l’on est si actif qu’on prend à peine le temps de faire la trempette quotidienne à la plage et un petit tour de canoë !"

(Je crois que François se souvient de nombreux détails intéressants, la genèse du projet, la 1ère commande annulée, le menuisier choisi, l’intérêt d’avoir un gaucher dans l’équipe, le rôle de Brigitte,etc..)

Extrait de la lettre de Nany à Toutouni et Tante Maine le 11 août 1939

"Les boys terminent leur bateau, il leur manque un certain ingrédient pour rendre l’intérieur plus étanche. Georges doit le leur apporter. Un coup de peinture et ce sera fini. J’ai proposé un baptême sensationnel qui a été accepté d’enthousiasme."

Extrait de la lettre de Nany à Toutouni et Tante Maine le 1er septembre 1939
"Le bateau est enfin terminé, magnifique, le mot n’est pas trop fort, et il a été construit avec tous les soins désirables. On a passé un certain enduit « bouche pores » qui rend la toile bien étanche et là dessus passé 2 couches d’une certaine peinture « a proposito » . Je ne sais où en sont les fonds, les parents ont bouché des trous, les mamans ont fait une voile sur le modèle de celle qui est à l’autre canoë. Aussi ce matin à 5h, à cause de la marée, ils sont allés cueillir un plat de fameuses moules sur les gros rochers de la Percée. On est heureux de les voir profiter encore de la vie. J’avais imaginé un baptême sensa, il ne peut en être question, mais hier soir avant de mettre le bateau à l’eau, nous l’avons baptisé avec de l’eau bénite en prononçant les paroles sacramentelles."

1939 Vierville
Souvenirs de François

Episode du canoë :
-cadeau d'un canoë en bois (1938) ; c'est peu pour 4 personnes.
-Achat d'une coque de canoë en aluminium, à équiper de compléments en bois, opposition de la famille
-Décision de fabriquer nous-même le canoë ; plans...
-Nécessité d'une scie à ruban ; choix du menuisier (discuté par la famille : mari de l'épicière, fille du communiste de V. );
-utilisation de la lessiveuse de Tatou pour cintrer les couples à la vapeur
-accueil rébrobateur de la famille, s'atténuant avec le temps et le bon aspect du produit, pour aller jusqu'à l'admiration
-Comptage par Yves du nombre de clous de cuivre utilisés pour assembler le bordé sur les couples (perçage, placement du clou, rivetage)
-décision de mettre une toile d'étanchéité ; participation de Brigite pour l'achat.
-1ère mise à l'eau le 1er septembre 1939, moules à la Roche Marcelle, au retour,, déclaration de la guerre, et abandon du projet de descente de l'Orne d'Ecouché à la mer, avec cabotage d'Ouistreham à Vierville si le temps le permettait.

 


(détails)


(détails)


(détails) les 4 garçons, de g à d: Philipe, Michel, François, Jean-Pierre.
Jean-Pierre se souvient que Brigitte avait financé avec ses propres fonds l'achat de la toile du pontage, et l'avait cousue.


(détails) le stockage dans la grange

(détails)

 


(détails)


(détails)


(détails)


(détails) François, Jean-Pierre, Michel devant le canoë terminé


(détails)


(détails)


(détails)


(détails)


(détails)Le canoë terminé, dans le terrain de la plage
Ce terrain se trouvait approximativement à l'emplacementactuel du bar Legallois, il portait une cabine de plage peinte en blanc.


(détails) Fabrication des dérives

Retour accueil