Dernière lettre de Mara avant sa mort

  4711

(écrite à sa demi-soeur, ma grand-mère Nany)
 
 


 
Retour accueil

 

"Cherbourg 6 juillet 28
              Mon Petit
           Tu dois te demander si j'ai filé à l'étranger, que je n'ai pas répondu à tes bonnes lettres et à ton gros cadeau de fin de mois??? On pourrait le croire mais il n'en est rien, je suis malheureusement clouée toujours, ma patte désenfle, réenfle, si bien que les jambes raides encore, ma douleur intercostale me tourmentant, je suis comme une vieille démolite pas brillante. Il parait que notre marchand de beurre qui est à l'hôpital, après ses piqûres, est pire que moi avec enflure atroce, on ne lui voit même plus le coude! Qui est ce qui a inventé ces piqûres. Moi je suis beaucoup plus démolie qu'avant. J'attends le docteur cette après-midi, viendra-t-il??

            Bien bien merci des 200F. Tu es vraiment trop gentille pour nous. AG (Adolphe Gervais son beau-frère) nous a envoyé 100F. Ro (Robert Gervais son mari, ou tonton Robert) patientait chez son bonhomme à 450F, mais il a bien vu que ce n'était pas cela, il a dit à Ro je ne puis vous faire trainer le camion, il me faudrait certes une chic doublure comme vous, avec un garçon pour les courses, mais malheureusement le commerce ne me le permet pas. Il me faut renoncer à cela. Et il laisse Ro seul tout le temps, ne travaille qu'avec traites qu'on fait au fur et à mesure des ventes, je ne le vois pas avec un ouvrier et c'est ce qu'il va avoir la semaine prochaine. Sa femme ne connait rien du commerce  est bête à manger du foin, le bonhomme qu'il va avoir  très honnête  ne sait pas compter!!!!  Mais tout cela ne donne rien à Ro! Ce dernier prétend qu'il trouvera mieux lorsqu'il aura les mains libres. C'est vraiment la guigne que tout cela tombe juste au moment où je suis malade! Ah! Je bénis B.........h (Bénézeth de la maison Hersent?) qui a raté les travaux de Cherbourg et fait fermer le Homet ! (la forme de radoub du Homet? on peut supposer que Rob. Gervais aurait eu du travail par Hersent à cette occasion??) Tous les jours Ro le regrette plus que la veille ce Homet, il y avait pourtant des jours durs.
Reçu une bonne lettre de Jean(Jean Hausermann), de ???  de Tantine (Adeline Collard, cousine germaine de Jeanne et de ma grand-mère nany)qui doit venir en auto jusqu'ici.

         J'espère que vous avez fait un bon voyage, pas trop chaud, et que ton asthme t'a laissé un peu de repos. Mon Dieu ce que l'on a du mal à se remettre, et il parait qu'il n'y a pas que nous. Il y a un tas de malades qui se remettent avec difficultés cet été. Il fait une chaleur affreuse qui vous abrutit on ne sait plus comment se mettre; à Paris ce doit être encore plus tuant, aussi ce que tu vas être heureuse d'être au frais à Vierville; et tes microbes lâchés avec leur mère vont être à la fête. Je suis bien sûre que tout le monde trotte déjà et que Bison  (Brigitte Chedal, 2 ans) connait déjà tout comme si elle y était depuis un mois. Quant aux boys (Philippe et Jean-Pierre Chedal, 10 et 8 ans), ils ont retrouvé tous leurs coins et recoins, farces à faire. Suzon va devoir faire le cerbère pour que tu ailles toujours de mieux en mieux.

          Tu vas être contente de lâcher tes peintres, et tu dois bénir cette dernière rentrée à Paris. 

          Je vais m'occuper de la chemisière.

           Pauvre Simone(Maman qui est en Argentine dans l'hiver austral)qui géle pendant que vous êtes si bien à Vierville! et Touny(Jean Hausermann, qui est je crois à Bizerte en Tunisie) qui cuit le pôvre.
          C'est dommage que les Martin partent à Lausanne et qu'ils n'aient pas villégiaturé à Vierville un mois ou deux, tu aurais été heureuse de les avoir près de vous.
          Je te remercie mille et mille fois pour la broche, je fais là ma belle à tes frais; cela fait vraiment bien c'est ravissant, bien bien merci.
          Je t'attends pour les culottes, car avec le gabarit de Suzon je n'y comprends rien n'en ayant jamais fait. J'attends le modèle camisole crochet pour me mettre en route.
          Mlle D. t'envoie ses amitiés, elle qui n'est pas maigre elle a chaud.  Bien bien merci et bons bons bises à vous cinq de Tonton et de votre vieille mara qui vous aime fort.

                Jane"