Cartes postales écrites de Vence en mars 1904
par Louis CORDELLE à son père Arsène CORDELLE,

Ces cartes sont illustrées au dos avec des photographies personnelles et familiales de Louis


3752









 


Retour accueil

"Monsieur Cordelle
9 rue des Petits Hotel, Paris

Samedi (10 mars 1906)
Mon cher Papa
Le mistral d'hier est tombé et nous avons de nouveau le temps beau et calme. La santé est bonne. J'attends tout à l'heure un mot de toi. Nous t'embrassons tous bien tendrement ainsi que maman.
Louis Cordelle"

(remarquer que sa signature est identique à la future signature de Jean, mon père)
   



 " Dimanche matin 11-3-06
Vence
Moncher Papa
Mme Feige te prie de demander à Bourgeois s'il peut la déménager à partir du 6 avril.
Nous comptons toujours partir le 19 mais par train 10 (arrivée à Paris mardi à 8h30 du matin) cela nous sera plus commode. A bientôt, nous t'embrassons tous bien tendrement ainsi que Maman. Nous allons bien et avons toujours du beau temps. JC



"Mercredi 14 mars 1906
Mon cher Papa
Tu as du voir lundi matin une lettre qui répondait par avance à la tienne de Dimanche. Je pense que tu vas te mettre d'accord sur les dates  avec Bourgeois et que nous pourrons déménager vers le 27 et vous le 31.  J'attends ta lettre en réponse à la mienne reçue par toi lundi pour t'écrire plus longuement. Je compte la recevoir aujourd'hui. J'attends avec impatience notre départ lundi, car j'ai hâte d'être auprès de vous. A bientôt donc, nous t'embrassons bien tendrement ainsi que maman.
Louis Cordelle"
 

(16 mars 1906)
"Mon cher Papa
Nous avons hier eu beau temps pour notre tournée à Bordigherra. En passant hier à Nice, j'ai retenu nos places pour le train 10 de lundi. C'est donc convenu pour le déménagement. Je crois qu'il était difficile de trouver moins cher.
A bientôt, mon cher Papa,comme je te l'ai écrit hier, nus irons déjeuner avec vous mardi. Nous t'embrassons bien tendrement ainsi que maman.
Louis Cordelle"
 
"Dimanche 18 mars 1906
Mon cher Papa
Nous avons fait hier une très belle promenade à Antibes et Golfe Juan. Aujourd'hui nous sommes dans le brouillard que je n'avais jamais vu ici. C'est la dernière fois que je vous écris avant notre retour et nous sommes tous bien contents d'aller vous retrouver. Nous espèrons bien trouver maman moins fatiguée et nous serons chez vous pour déjeuner mardi vers midi.  
A bientôtdonc mon cher Papa. nous allons tous bien et vous embrassons bien tendrement tous les deux.
                Louis Cordelle"