Claude Rougier, séjours divers:
Argueil, Guéthary, Chartres, Italie, montagne
1947-53

66

 

Retour accueil


(détails) Claude


(détails) Claude à gauche
Séjour de Claude en maison de repos à Argueil, octobre 48


Claude
Lettre de Claude aux "dames" de Sceaux, écrite depuis Argueil, octobre 1948

Argueil
Ma chère Bonne Maman et ma chère Tandrée
Je vois que Tata n'oublie pas les traditions familiales et bourgeoises en me souhaitant mes 19 printemps. J'en ai été très touchée et j'espère que tous ses voeux se réaliseront.
Mais au fait qu'est devenu le Portugal? Affreux, affreux......     pour moi, je suis tout à fait sédentaire et si Maman vous a passé mes lettres, vous devez savoir que je suis entre la plante et l'animal. Le pays ne manque cependant pas de charme: noisettes, champignons, fleurettes et tout et tout, de telle sorte que je fais des petites promenades dans les clairières. les gens ont plutôt des têtes patibulaires (plus très jeunes), pas très genre "étudiants" mais sont bien braves et bien gentils. On joue aux boules, au foot ball (jeu de table!!) on tricote en faisant des ronrons etc..

Maintenant je parle santé (quoique ce soit la marotte des gens d'ici et que c'est rasoirs et démoralisant) Le toubib va me faire ce matin un tubage du duodénum, car il suppose que ma température (j'ai à nouveau 38°) vient d'un peu d'infection de la vésicule. Il ne me reste donc plus qu'à avaler de la tuyauterie. Quant au régime il est parfait: pommes de terre, nouilles et fromage blanc comme base de mon alimentation, avec beurre que l'on met dans son assiette au dernier moment. Donc tout va bien. Automne splendissime. Je vous embrasse tendrement
Claude

Lettre écrite par Claude, Fanny et Granie à Grand-Père, de Guétary où elles sont en vacances.




(détails) A Guéthary??

Guéthary le 5 juillet
Mon cher Papa
Nous allons aller Fanny et moi à la plage en laissant Madame à la maison: Madame a sommeil et dormira. Il faut dire d'ailleurs que ce climat incite à la flemme et au mattelassage.
Nous avons été à Biarritz avant hier et avons constaté que cette ville n'était pas si bien que ça...   en tous les cas bien moins bien qu'il y a 2 ans - tout juste chic.
Notre pays, et tu le verras cette semaine, est très campagne, très propre et en somme très agréable.
Tu me parles des écrits des Franciscains; St François d'Assise sans doute - Fanny me dit l'avoir rendu (
écrit par Granie: s'expliquer avec la bibliothèque qui le retrouvera dans ses archives)
Amène tes lunettes d'approche, nous irons à une course de taureaux à Pampelune quand tu seras là, et je ne veux pas perdre une miette avec mes yeux de taupe.
Dis bien à la S.S. qu'ils me rendent ma carte étudiante, j'en ai besoin pour septembre.
Je laisse un peu de place à Fanny et je t'embrasse très affectueusement        Claude


écrit par Fanny: Mon cher Papa
Il me semble que nous ne t'écrivons pas beaucoup, mais il faut te dire que nous avons une quantité de distractions, hier j'ai pêché des crevettes avec Maman, tandis qu'elle ramassait d'infects escargots (
des bigorneaux
, indique Granie) qu'elle a osé mettre tout entier dans son assiette le soir, ce qui m'a dégoûté à tout jamais des crustacés (malhonnête! écrit Granie).
A part cela nous nous amusons beaucoup toutes les trois et nos repas sont de véritables parties de rire.
Je te remercie d'avoir fait toutes mes corvées de femme peintre...     je fais une aquarelle de ma fenêtre, une colline affreusement difficile - contente de te revoir bientôt - affectueusment         Fanny

Ecrit par Granie: Voulez vous chercher - 1/ dans le tiroir du meuble du meuble dans le couloir, une épingle à chapeau boule bleue, à l'avant du tiroir parmi les aiguilles à tricoter - 2/ dans le buffet salle à manger, en haut, milieu gauche devant, une serviette mouchoir de Bourg - 3/ 2 paquets septiline

Vers 1948-50, Claude a fait au moins une fois le pélérinage des étudiants à Chartres


(détails)


(détails)

Claude

Ci-dessous, une lettre de Claude à Granie, parlant de ce pélérinage


(détails)

(détails) Pélérinage de Chartres, vers 1948-50

(détails) Pélérinage de Chartres, vers 1948-50


(détails) Pélérinage de Chartres, vers 1948-50


(détails) Pélérinage de Chartres, vers 1948-50


(détails)


lettre de Claude à Granie fin mai 48? 49?
après un pélérinage d'étudiants à Chartres

"Sceaux le 20 année ??
Ma chère Maman
En ce jour solennel de la fête des Mères ta grande fille te présente ses voeux affectueux. d'ailleurs je ne sais plus très bien qui est la maman et qui est la petite fille....      maintenant que je pèse 57 kg !
Il parait que tu étais inquiète de nous voir faire 50km pour aller à Chartres. Ne t'inquiète nullement tout s'est passé pour le mieux. peut être en as tu même entendu des echos - la messe, et le "miracle de Théophile" à la radio - nous avons disserté sur "la messe". sujet aride surtout pendant 3 jours mais nous avons fini par en tirer beaucoup de choses: la Croix répons au problème du mal , la présence réelle dans l'Eucharistie etc, etc ..... Il y avait des hérétiques et des schismatiques de telle sorte que les débats étaient virulents et intéressants. Nous étions 6500 à nous déplacer dans une harmonie parfaite et sans aucun désordre - les routiers étaient digne de tous les éloges. "
Nous avons couché sous des auvents immenses avec de la bonne paille et puis nous avons surtout énormément bu. Les aumoniers étaient bien et puis l'atmosphère était très estudiantine surtout le lundi après midi où le pélérinage était terminé et où nous avons bien chahuté.
Je travaille.... beaucoup. Mais c'est curieux, je suis presque sûre d'échouer; comme cela je n'aurai pas de désillusion.
Il parait que tu t'inquiéte de nous voir partir en Hollande. Le billet de chemin de fer coûte 1800F, nous couchons avec l'organisation Pax Romana et auberge de la jeunesse, les camarades sont très sympathiques., l'aîné a 25 ans et a de la famille en Hollande (donc rien à craindre pour le change)... Et pour finir de te convaincre je te dirai qu'il faut profiter de sa jeunesse tant qu'on en a la mentalité. Je pense que te voila convaincue.
Pour le voyage en Bretagne il n'y a plus de place - affreux - affreux
Mille baisers        Claude


Claude est allée en Italie en été 1952 avec un groupe d'étudiants pour fouiller des tombes étrusques sous la direction du Professeur Raymond Bloch. Elle en a profité pour visiter Rome puis Assise, puis Sienne. Voici des lettres envoyées pendant ce séjour.

Lettre de Claude qui écrit à sa famille, de Rome.

"Rome
Chère famille,
La vie continue ici épatante. Jusqu'ici j'étais avec mes deux amies anglaises dans une maison de l'ambassade anglaise, mais comme mes bonnes amies sont parties et que l'argent y filait un peu trop vite - il faut vous dire qu'avant on s'était trouvé une boite à puces qui nous déprimait. c'est pour ça qu'on s'est mises à avoir des goûts de grandeur - donc maintenant je suis dans un couvent pour étudiantes...   et après avoir consciencieusement fait la cour à la Madre Superiore, j'y suis pour 650 lires (demi pension - je déjeune à l'extérieur sur les ruines romaines avec 1 kg de pêches et 2 petits pains) ce qui fait 350 F par jour. Donc je resterai encore à Rome la semaine prochaine. L'ennui est qu'il y fait un peu chaud et que je perds la graisse que j'avais acquise à Bolsena; mais maintenant que j'ai plus de temps, je me repose consciencieusement l'après midi. La course dans les musées est teminée.
Les Italiens de la villa Giulia (c'est à dire genre surintendant des antiquités étrusques) sont vraiment très gentils. Avant hier ils nous ont emmenés à Cerveti et nous ont montré expliqué toutes les fouilles c'était passionnant. Je suis enthousiasmée par l'étruscologie.e continue ici, épatante

Mais dans le fond à Rome il y a 4 choses qui valent la peine d'être vues: le circolare qui est l'autobus qui pour 10 lires (100 sous) vous fait faire autant de fois que vous voulez le tour de la ville - avant 10h car après c'est plus cher - , les agents de ville (qui règlent la circulation avec des gestes dignes des ballets de l'Opéra), les 5 km de la via Appia où sont les tombeaux romains, et la chapelle sixtine. Mais en général les églises n'ont pas d'âme.
On se trouve ici des petits amis tous les jours pour vous entretenir - et ce n'est pas désagréable - Tout va bien je vous embrasse       Claude
Je parle et comprends couramment l'italien. Plutôt que de s'embêter à des cours d'italien, il vaut mieux être dans le milieu italien et parler."

2ème lettre de Claude, en été 52, elle continue son séjour en Italie

"Chère famille
Je suis à Assise où je passe quelques jours de retraite dans la maison d'hospitalité des Clarisses, où est entrée une amie de Sorbonne. Le pays de St François et de Ste Claire est variment Saint. Je vous écris du jardin potager tout herbu: d'un côté est la plaine de l'Ombrie et de l'autre les maisons d'Assise qui s'entassent en escalier. C'est une grâce que de passer quelques jours ici, où l'esprit de pauvreté contraste avec l'esprit de faste qu'a la Rome catholique.
Demain je pense aller à l'Alverne où St François a été stigmatisé et de là je continuerai mes pérégrinations pour Pérouse et Florence.
Ecivez moi à partir de maintenant jusqu'au 14 août environ à Florence "Resto in posta" (= poste restante). Je pense que maintenant vous êtes dans ces bonnes vieilles Pyrénées (à Gerdes). Embrassez la famille de ma part.

J'ai passé mes derniers jours à Rome à aller à Tarquinies (?). je crois que j'aurai beaucoup de choses à dire sur mes Etrusques. A Tarquinies, j'ai rencontré des gens très gentils qui m'ont invités à déjeuner au bord de la mer. La jeune femme avait longtemps habité en France, elle était suissesse et son mari était Italien. J'ai passé une bien bonne journée. Dans le fond mon séjour à Rome a été agréable grâce au couvent délicieux où j'ai habité, et grâce à Antonioni - un superintendant de la villa Giulia le musée étrusque - qui avait été avec nous à Bolsena et avec lequel je me suis promené à peu près tous les jours dans les antiquités, et comme il est très cultivé, c'était très intéressant.
Jacques pense aller en Italie en septembre, j'aimerais y être encore. Pour les finances ça ira sûrement car je me nourris beaucoup de pêches et de lait. Il ya bien mon examen, j'y pense et c'est ce qui me tracasse un peu.
Pour ce qui est des cours à Sainte Ursule dont me parle Papa, je pense les redonner l'année prochaine à moins d'évènements extraordianires ou imprévus.
Affectueusement          Claude"

Carte adressée par Claude, de Bolsena, à Grand Père à Versailles, juillet 1952

"Chère familia
L'Italie n'a pas déçu mes espérances. c'est absolument formidable. Rome est une ville dorée par l'atmosphère, l'oeuvre d'art ne se rencontre pas dans les musées mais à chaque pas dans la rue.
Bloch
(le professeur Raymond Bloch, qui les accompagne) a un peu d'infection après s'être blessé au pied, aussi il est au Palais Farnèse jusqu'à lundi. Pour l'instant il n'y a qu'à bouffer (les repas sont princiers, chauffés, etc..), dormir, se baigner. Ce matin un italien m'a fait faire 5 km à pied dans la ville étrusque et romaine de Bolsena. Il y a aussi 2 anglaises pour aider Bloch.
Baisers      Claude"

Carte adressée par Claude, de Bolsena, à Granie et Fanny qui sont à Dampierre, juillet 1952

"L'Italie est un pays extraordinaire. Je suis dans l'enthousiasme. Ce serait difficile d'ailleurs qu'il en soit autrement, vu mon emploi du temps jusqu'ici.
Je suis avec 2 anglaises (une relève les inscriptions). Un italien relève les plans. Bloch est au palais Farnèse et en attendant qu'il revienne, je n'ai pas grand chose à faire, si ce n'est bouffer, dormir, faire du bateau, me baigner. Rome est une ville très élégante et dorée par le soleil.
Baisers        Claude"
Carte de Claude à Bolsena, à Grand Père qui est à Versailles, juillet 52

"Mon cher Papa
J'ai oublié de te donner mon adresse. Albergo di Lago, Bolsena, Province de Viterba. Mon séjour est toujours aussi enchanteur, cette après midi il faut que j'aille voir une tombe perdue au milieu des oliviers. Mais il y a bien ici pour 100 ans de fouilles et encore ce ne serait pas fini. Bloch nous promène en auto. Je me baigne ce soir. Affections         Claude
Ensuite je vais à Rome puis Pompéi. fais suivre mon courrier Ecole Française de Rome - Palais Farnèse - Piazza Farnèse - Rome - à partir du 19
(?)"

Claude a été voir le "Palio" à Sienne, peut-être en fin d'été 52, (ou en 53?)

 


A la montagne, en hiver 1953


(détails)

(détails) 1953

Claude


(détails)


(détails)


1953 Claude

1953

 

 

 

 


(détails) un séjour de ski on aperçoit Claude assise au dessus des autres, au milieu du groupe. ses cheveux sont courts, donc on est en hiver 1953

(détails)


1953


(détails) Vacances d'hiver

(détails)


(détails) Vacances d'été

En montagne au printemps, année incertaine


(détails)


(détails) Claude à droite, elle a encore ses cheveux longs


(détails)


(détails)


(détails)


(détails)


détails


détails

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour accueil