Lettres de guerre de Maurice Rougier
du 17 décembre 1939 au 3 avril 1940

Retour accueil

 

Extrait de la lettre de Maurice Rougier du 17 décembre 1939, datée de qque part près de Sedan, adressée à Granie à Cancon

"mercredi 17 décembre
Ma chérie
Je vous ai écrit rapidement un mot vendredi avant de quitter Paris et je ne vous ai pas dit combien j'avais été heureux des rapides jours passés auprès de vous et des enfants. Espérons que cette guerre ne sera pas trop longue et que nous pourrons reconstituer sans tarder notre cellule familiale si heureuse.

Je suis arrivé ici comme prévu à 11 heures du soir vendredi avec un peu de migraine come je vous l'avais écrit, je me suis mis au traitement R.
...? et à l'eau et je n'ai pas eu de retour d'ophtalmie depuis et je vais bien. J'ai inauguré le matin au petit déjeuner comme d'autres camarades le thé au lait avec des toasts et j'en suis très content c'est beaucoup plus digeste qyue le café au lait. Ici pas grand changement, j'ai retrouvé Daniel, ma proriétaire m'a dit qu'il avait l'air de m'aimer beaucoup, et qu'il était même triste pendant mon absence (?) , je l'ai mis maintenant à la popotte comme serveur, il y mange et créche sur un matelas et n'est pas trop malheureux, ........


______________________________________________________

lettre de Maurice Rougier du 25 décembre 1940, datée de qque part près de Sedan, adressée à Granie à Cancon

____________________________________________________

Extraits de la lettre de Maurice Rougier du 16 janvier 1940, datée de qque part près de Sedan, adressée à Granie à Cancon

Mardi 16 janv
Ma chérie
Vous êtes au courant par les journaux de la nouvelle menace qui vient de peser sur la Hollande et la Belgique. Il semble que cette nouvelle alerte soit près de se terminer et le calme est à peu près revenu.
J'ai reçu votre lettre de mercredi. Fannette me parle de pneumonie pour Claudet, mais heureusement que vous me tranquilisez. Je ne suis pas étonné que vous soyez toutes tombées malades avec votre façon de vous chauffer ou plutôt de ne pas vous chauffer dans vos chambres. Pour les enfants surtout j'insiste pour qu'ils travaillent au chaud dans la cuisine pendant les grands froids. Mettez les si nécessaire dans votre chambre et faites y du feu.....

Je suis bien ennuyé de Fredy qui a l'air vraiment de mal aller, pourvu qu'il se retape..........

____________________________________________________

Extraits  de la lettre de Maurice Rougier du 28 janvier 1940, datée de qque part près de Sedan, adressée à Granie à Cancon

Dimanche 28 janvier

Ma chérie
Aujourd'hui beau dimanche qui s'est signalé particulièrement par un déjeuner amélioré, langouste conserve mayonnaise, cuissot de sanglier aux croquettes de pommes de terre, desserts, vins fins. Je n'ai pas trop mangé car j'ai été il y a 2 jours à nouveau un peu ennuyé par une migraine. Le sanglier venait d'une battue sensationnelle faite par les civils il y a 8 jours, il y avait un troupeau de 25 bêtes et on en a tué 9. On nous en a aimablement offert et notre hôtesse s'est surpassée pour le préparer.
................
Chapelle a reçu des nouvelles de sa femme qui ne peut plus trouver de bois ou de charbon pour se chauffer, il est désespéré. Je suis content que les petites travaillent au chaud, mais vous devriez sécher les murs de vos chambres en y faisant de temps en temps un peu de feu. Je vais vous envoyer la Revue de Paris du 1er janvier, je n'ai pas beaucoup de temps pour la lire. J'achéte tous les jours Le Temps et arrive à peu près à le parcourir. Reçu une longue lettre de Lucie, elle veut...
.?... à Toulouse, mais il fait froid, -12° ? dit-elle.
Rien de neuf sur les Boches, ils ont l'air de s'occuper vers la Roumanie maintenant, que va-t-il encore se passer.
.......

___________________________________________

lettres de Maurice Rougier du 4 février 1940, adressées à Fanny et Claude à Cancon

___________________________________________

Extraits  de la lettre de Maurice Rougier du 13 février 1940, datée de qque part près de Sedan, adressée à Granie à Cancon

mardi 13 fév
Ma chérie

Reçu hier votre lettre et celle de Mère. Si vous êtes dans l'humidité nous voilà revenus dans le froid et je préfère encore la première, ce matin de nouveau -18°, ce serait charmant car il y avait du soleil et un peu de neige, si mes engelures n'étaient pas revenues m'empoisonner. Je refais tous les matins des reconnaissances 3h de marche à pied et j'en suis très content malgré ça, ce matin j'avais mis mon passe-montagne et ça me rappelait nos ballades dans les Vosges autrefois, comme aussi notre fameux voyage à Malbuisson où notre pauvre Claudet avait eu les pieds à moitié gelés en sortant de la gare.

Comme nouveauté ici, nous perdons le Chef
(le chef d'Etat Major, celui qui est juste au dessous du général) qui va prendre un cdt p.i. (par intérim) de Général. nous en sommes bien ennuyé car il était très gentil et agréable au travail, nous allons toucher un fantassin qui parait-il est agréable.
.........................
Que pensez vous des évènements: le gros succès de Daladier au Comité Secret est très apprécié, l'aide aux Finlandais assez efficace, que vont faire les Boches, ils ont l'air maintenant de mettre la Russie en exploitation, ils y ont envoyé des ingénieurs, enfin un professeur américain prétend qu'il leur faut 2 ans pour en tirer une aide efficace, s'ils attendent ça pour nous faire une guerre totale, je pense que nous la commencerons avant eux.
J'ai reçu un mot de l'oncle André qui n'a pu trouver à s'employer en raison de son âge. Pour les affectations spéciales, ça va mieux maintenant et nous en avons même un certain nombre qui sont renvoyés.

Je suis content de ce que vous me dites de la santé des enfants, que pensez vous faire pour les grandes vacances et l'an prochain pour leurs études, resterez vous à Cancon, Mère a l'air de dire que vous n'y serez plus l'an prochain.

Rien de neuf pour les permissions.........

_______________________________________

Extraits  de la lettre de Maurice Rougier du 21 février 1940, datée de qque part près de Sedan, adressée à Granie à Cancon

mercredi 21 fév
Ma chérie
Je reçois aujourd'hui vos lettres de dimanche et je suis très content de toute cette littérature. Les enfants il me semble font de grands progrès, elles écrivent avec moins de fautes et leur style s'améliore bien.

La grande nouvelle c'est que les permissions recommencent tout de suite, aussi allez vous, si Adolf le permet, me voir arriver bientôt, je voudrais venir pour Pâques du 23 au 1er avril mais peut-être serai je obligé de venir avant. Dites moi quand les enfants ont leurs vacances, est ce comme à Dijon, 15 jours comprenant la semaine Sainte et la semaine de Pâques? Car dans ce cas je pourrais avancer sans inconvénient. Je n'ai pas la clé du cadenas de ma bicyclette, mais vous pouvez tout de même la faire venir en l'emballant, vous trouverez surement de quoi......... .....
....
J'oubliai de vous raconter que nous avons eu hier à déjeuner à la popotte la marquise de Polignac (du Champagne Pommery) qui est lancée dans les foyers du soldat, et 2 contesses qu'elle amenait comme gérantes de foyer. C'est une américaine et elles nous ont été une bonne distraction. Il y avait longtemps qu'on n'avait vu des femmes du monde!

_______________________________________________

Extraits  de la lettre de Maurice Rougier du 4 mars 1940, datée de qque part près de Sedan, adressée à Granie à Cancon

Ma chérie
....... ....... Je pense arriver si tout se passe comme prévu le 22 comme Andrée. Je serai bien content de voir cette bonne belle-soeur........
Je suis content de ce que vous me dites du moral des gens de l'avant, je crois que vous avez raison et nous comprenons tous ici, jusqu'au dernier poilu, les sacrifices qu'on nous demande, mais il faut dire que nous les officiers nous travaillons bien pour cela en restant près de nos hommes.
Les sons de cloche de l'intérieur sont par contre moins bons et tout le monde parait se plaindre de cette pléthore de militaires qui sont à l'intérieur à ne rien faire et à parader. De Dijon, Mr Chapelle écrit qu'ils sont 30 officiers à la Région et que les cinémas sont pleins tous les jours de militaires qui n'ont rien de permissionnaires.
Il parait qu'il y a eu une alerte d'avions il y a quelques jours et tout le monde a dû descendre à la cave......

________________________________________

Extraits  de la lettre de Maurice Rougier du 8 mars 1940, datée de qque part près de Sedan, adressée à Granie à Cancon

...... ainsi vous avez vu ce bon Curmer, que fait-il, est-il mobilisé ou en affectation spéciale?
(après quelques mois de guerre tranquille, les autorités ont démobilisés pas mal de réservistes âgés pour les placer en affectations spéciales à des travaux destinés aux armements et munitions, cela a été le cas de mon père dès fin 39, envoyé à Montreuil Bellay pour des constructions d'usines de remplissage d'obus)......

.... Vous m'avez beaucoup amusé avec vos histoires de couleuvres et les études que vous en faites, mais vous n'êtes pas très calée de les avoir prises pour des vipères! attention à ces dernières cependant, surtout au printemps où on peut trouver parait-il, de véritables nids.
Je pars dimanche faire un stage de 8 jours au front du 10 au 17 mais j'ignore encore quel sera mon secteur postal, c'est ennuyeux pour vos lettres......
Je suis toujours très pris par mes reconnaissances, beaucoup de camarades sont d'autre part absents, Dreyfus est en permission, ainsi que mon officier observateur et un de mes interprétes est parti en observation à l'hôpital, nous restons donc à 2 Deluret et moi ,+ un interprète stagiaire et il y a beaucoup de travail.
.........
Mauvaises nouvelles de Dijon, ils ont des alertes presque toutes les nuits, Mme Chapelle part dans le Jura, heureusement que vous n'y êtes plus......

_________________________________________

Extraits  de la lettre de Maurice Rougier du 13 mars 1940, datée de qque part tout près du front, adressée à Granie à Cancon

....Rien de vous bien entendu depuis mon départ puisque vos lettres devront me courir après. Mon stage se continue sans incident, je travaille avec mon homologue au bureau, hier soir nous avons fait une petite sortie sans histoires....

.... Mon stage est intéressant, mon camarade a constutué une petite collection de vieux débris de projectiles et d'armes prises sur des prisonniers. Hier nous avons fait une promenade jusqu'aux petits postes, j'ai vu les boches à 1200m et 5 obus sont tombés à 800m de nous dans un bois. Ici nous sommes loin et il n'y a rien à craindre. dans 8 jours je pense être près de mon départ en permission, mon stage finit dimanche.....

__________________________________________________

Extraits  de la lettre de Maurice Rougier du 3 avril 1940, datée de qque part près de Sedan, adressée à Granie à Cancon

...je vais vous raconter la consultation de Mr Monteux: il m'a demandé d'abord si j'avais une lettre de vous, je n'en avais pas sur moi, alors je lui ai dit ce dont vous souffriez en gros, et que vous étiez à Pau. Voici comment il opère avec sa boule, il pose en lui-même les questions la boule tourne dans
....???..... ou ne bouge pas, c'est sa manière de répondre. 1ère question Mme Rougier a-t-elle une tension trop faible, R: oui - Quelle est sa tension? la boule tourne 9 fois ce qui veut dire 9 - Les comprimés Duréal Closey (??) lui conviendraient ils? R: oui - etc.. etc.. Il m'a dit que vous devriez avoir une oreille moins fine que l'autre (la droite je crois), voyez si c'est vrai.

J'ai rencontré le médecin du QG ce matin et après avoir causé à bâtons rompus je lui ai demandé une consultation pour moi. il est d'accord pour l'anoclascine
(?) et l'antérocolyl (?), Pour les pastilles unfer (?) qui me faisaient tellement ?...? il est d'accord que ça n'allait pas: l'adrénaline provoque plutôt des spasmes et il faut l'éviter, mes migraines seraient des spasmes artériels, il dit au contraire que l'aspirine peut me faire grand bien, 15 j par mois seulement, 25c (?) par jour au coucher, je vais essayer.

.............Il me tarde d'avoir de vos nouvelles, votre insuffisance de tension expliquerait vos congestions nocturne....

 

Retour accueil