Transcription  de la lettre du 13 août 1916, Maurice Rougier à sa mère

"13 août 1916
Ma chère Maman
Ça commence à aller beaucoup mieux; mes yeux me font moins souffrir; j'ai un peu toussé cette nuit, mais on m'a fait des injections et l'irritation que j'avais à la gorge a disparu.
Je suis dans un hôpital d'évacuation installé sous des tentes, le docteur voulait m'évacuer sur l'intérieur, mais j'ai préféré rester ici pour me guérir le plus vite possible et rejoindre mon régiment après une convalescence de 8 jours que j'aurai probablement.
Avez vous lu dans les journaux notre avance dans la journée du 10, j'ai fait cette avance qui a été très fatigante; en droite ligne en effet ça fait 12 km mais avec tous les détours qu'impose la marche d'approche pour se masquer à l'ennemi, on en fait une vingtaine
. Il faisait une chaleur mordante et mes yeux me faisaient souffrir depuis 11h du matin, j'ai essayé de tenir bien que n'y voyant plus rien et j'ai couché dans la nuit du 10 au 11 dans un trou d'obus, je n'ai pu dormir de la nuit et le 11 au matin on m'a évacué.
Je suis depuis sans nouvelles de mon régiment qui aurait parait-il attaqué de nouveau.
Le Général C dont parle les journaux d'aujourd'hui est notre général de ....
Je vous embrasse affectueusement      MR

 

Retour accueil