(détails) Fanny MAILLET
miniature ancienne, conservée à Vierville


(détails) Fanny MAILLET-VALSER


(détails) 23 rue Boulard à Reims, vers 1907, de g à d: Marguerite Maillet, Clotilde Maillet, Fanny maillet-Valser, Lucie Clignet, Alice Valser ép. Harant, Madeleine Clignet


(détails)
la famille MAILLET  à Revigny, le 26-8-1890  On reconnait sur l'agrandissement Henri (2ème debout à gauche), Georges (2ème debout à droite), Jeanne Maillet(assise 3ème à gauche au 1er plan, Marie Botz (4ème au 1er plan) tenue par Fanny Maillet-Valser (5ème à gauche au 1er plan)
 

Fanny Maillet-Valser ??


(détails)
Grand-Mère Valser vers 1913


vers 1910, Fanny Maillet-Valser



Annonce du décès de Fanny Maillet-Valser

  Fanny VALSER, épouse d'Augustin MAILLET
  née le 5-18-39, + en février 1919 

     Arrière-grand-mère de Claude

432

Retour accueil

Fanny VALSER  est née à Châlons-sur-Marne en 1839, fille d’Alexandre VALSER, violoniste à Paris et  d’Adélaïde Victoire RIVIERE. marchande de literie à Châlons

Sa belle-fille, Marguerite MAILLET, a écrit ses souvenirs :
«Ma belle-mère, née Fanny VALSER  en 1839, était très jolie et intelligente, elle s’est mariée à 17 ans tout juste, avec Augustin MAILLET, de Sommesous.
Elle a eu 6 enfants dont une petite morte en bas âge, 2 filles mariées et mortes en couches, et 3 garçons.
Elle a beaucoup aidé son mari dans sa profession de graveur-lithographe, très aimable avec la clientèle, mais d’une autorité de fer qui la faisait redouter. Beaucoup de valeur, elle s’était fait une place dans la société de Reims, ce qui n’était pas facile. Présidente d’œuvres de charité, elle a été faite Officier de l’Instruction Publique. 

La guerre l’a beaucoup éprouvée et elle est morte au couvent des Augustins de St.Germain-en-Laye où elle s’était retirée, en 1919.

Ils avaient fait de grands voyages, assez rares à l’époque, 2 mois en Italie et autant en Espagne, André, le plus jeune des fils, qui s’occupait d’architecture, les entrainait, et ils y avaient tous les trois beaucoup de plaisir.

Enfin notre présence à Reims et surtout nos enfants leur donnait de la joie, et pour moi elle avait été d’un grand secours à mon arrivée à Reims.  La malheureuse maladie de mon mari a bien attristé la fin de leur vie, mais elle avait un ressort très grand pour réagir.

Le mariage d’André a été aussi une heureuse période et elle a connu Robert (le premier enfant d'André, né en 1914).

Elle était restée seule à Reims,( voir sa lettre du 31 août 1914) au début de la guerre (3 mois, elle a vu brûler la charpente de la cathédrale), mais les bombardements se répétant très souvent, elle a quitté sa chère maison qu’elle ne devait plus revoir. Elle est allée à Sarry où Jeanne était seule, Henri étant mobilisé, puis à Epernay où nous étions réfugiés, et ensuite elle s’est décidée à vivre dans une maison de retraite (les Augustins à St Germain en Laye) où elle est morte. (bouleversée par l'armistice et la fin de la guerre, elle a eu une dépression nerveuse qui l'a emportée en février 1919) »

L’enterrement a eu lieu dans une petite chapelle de la cathédrale dévastée, alors que les obséques de son mari avaient été solennels en 1913. Sa tombe est à Reims.

Grannie se souvient aussi de sa grand-mère: "Fanny Valser avait organisé une petite maison, où pouvaient être accueillies les filles-mères abandonnées. Elle m'y a emmené lors d'une de ses visites"

On a gardé quelques lettres de Fanny Maillet-Valser:
Le 25 octobre 1884, adressée à son fils Georges qui préparait Polytechnique dans un lycée parisien, pensionnaire.
Et des lettres de la guerre de 14:
Le 31 août 1914,, adressée à Georges et Marguerite Maillet, qui étaient partis se réfugier avec leurs enfants à Dornecy (Nièvre).
le 23 septembre 1914, et le 2 octobre 1914, adressées à sa petite fille Suzanne Rougier qui était hébergée chez les Thirion à Cherbourg depuis les vacances. Elle y racontait la vie à Reims sous les bombardements des Prussiens.
Le 18 juillet 1916 adressée de St-Germain en Laye à Georges et Marguerite Maillet qui étaient à St-Cyr-sur-Loire, en Touraine. Fanny étaitt dans une maison de retraite..
Et enfin une dernière lettre de St-Germain en Laye, le 6 août 1918.
 
 


(détails) Au 23 rue Boulard, les Maillet-Valser, les Maillet-Charpentier et le sculpteur du buste d'Augustin Maillet, en mai 1905, on aperçoit le buste par la porte de la maison donnant sur le jardin.


(détails)
Les Maillet-Valser vers 1895
de g à d: Marguerite Maillet, Augustin Maillet, ?, Fanny Mailet, André Maillet, Georges Maillet, Marie Botz


JCT106 -(détails)- Sept.1896, à Dampierre, de g à d et de haut en bas: Fanny Maillet-Valser, Augustin Maillet, Jeanne, Georges, Marguerite, Sidonie, André Maillet


 (détails)
Dernières photos de Fanny Valser à St Germain, 1919

 



(détails)
le 23 rue Boulard, résidence des Maillet-Valser, maintenant propriété de l'Université de Reims,
prise vers 1980/83, avec Angélique(? à vérifier) et Tandrée

  La maison après la guerre de 1914 et les bombardements Allemands, la maison avait reçu 3 obus.


VM006 - Reims ?  Fanny Maillet-Valser et René


 (détails)


  Retour accueil