Simon MAILLET
né le 25 avril 1790, décédé le 30-8-1844, à 54 ans

   et  Sophie CHATILLON
née le 25 juillet 1799, décédée le 12-3-1878, à 78 ans

arrière-arrière grands-parents de Claude


Retour accueil


(détails) famille MAILLET à Sarry en 1907
en haut, debout de g à d: Pierre Maillet(1ère Com), Monsieur Salleron (père de Jeanne), Alice Valser-Harant, Henri Harant, Charles Clignet, Lucie Valser-Clignet, Marguerite Guérin, Madeleine Clignet
assis 2ème rang: Emile Charpentier, Sidonie Charpentier, Clotilde Maillet, Mme Guérin (mère de Marguerite et de Mme Oudart), Marguerite Maillet, Mme Oudart, André Maillet,
assis 1er rang: Marcel - Germaine - Etienne Maillet, Mélina Maillet, Georges Maillet


(détails)

Mélina Maillet veuve Eugène Létandart, en robe de deuil vers 1880


Mélina Maillet vers 1905


Gustave Létandart


(détails) Julia Libera et Gustave Létandart


(détails) Madeleine, Marie-Thérèse et Andrée Létandart date probable 1902


(détails) Les 3 filles de Gustave Létandart
Andrée, Marie-Thérèse et Madeleine


Lettre de Gustave Létandart à Georges Maillet, lui indiquant ce qu'il connaît de leur famille de Sommesous

Retour accueil

 

 

 

 

41  
Simon MAILLET
est né dans l’Indre,
le 25 avril 1790, à la Châtre-Langlin (à 3km de St Benoit du Saulx, un vieux village, intéressant, avec des fortifications).
Il a été d'abord soldat puis gendarme royal et le hasard des affectations l’a conduit à Sommesous, où il a épousé le 9-7-1823  (contrat de mariage à La-Fère-Champenoise le 17-5-1823) Marie-Sophie CHATILLON, née à Sommesous le 7 thermidor An 7 (25 juillet 1799). Sophie avait un frère, Basile CHATILLON.

Simon MAILLET est devenu alors cultivateur, comme dans la famille de sa femme. Il est mort le 30 août 1844, après un coup de pied de cheval. Sa femme est morte le 12 mars 1878.


Ils ont eu 2 enfants :

1- Constant Augustin MAILLET   1828-1913, l’arrière grand-père de Claude

2- Alphonsine Mélina MAILLET, 1836-1914, épouse Eugène Létandart

 


L'arbre généalogique des proches d'Augustin Maillet, par sa soeur Mélina

 

Voici (en pdf) les arbres généalogiques de
1/ Andrée Jeanne LETANDART et Fabien ELICHABE
2/ Marie-Thérèse LETANDART et Henri BISSON

Mélina MAILLET est (souvenirs de Marguerite Maillet) "née à Sommesous où elle a passé toute sa vie; veuve de bonne heure" (de son mari Eugène LETANDART (1826-1859), propriétaire de grandes terres à Sommesous, maquignon et courtier. Il est décédé de tuberculose le Ier août 1959, 10 jours avant la naissance de son fils Gustave).
Mélina a élevé ses 2 fils:
- l'aîné est mort jeune
(Alfred LETANDART, 1856-1894, décédé à 37 ans d'un chaud et froid, sans postérité)
- le second, Gustave Létandart
(1859-1939) était fondateur de la société Mielle à Châlons, avec l'épicier Mielle et M. Delor, puis il a été administrateur de cette société.
Il avait épousé le 28/2/1887 Julia LIBERA (née à Aigny le 18/11/1862), dont il avait eu 5 enfants - 2 décédés en bas-âge, et 3 filles, Andrée, Marie-Thérèse et Madeleine - et de nombreux petits-enfants.


Voici ci-dessous quelques souvenirs concernant les petites-filles de Mélina, filles de Gustave LETANDART (Andrée, Madeleine et Marie-Thérèse Létandart) et de leur descendance, en particulier celle de la fille aînée Andrée Létandart mariée à un Basque Fabien ELICHABE, ainsi que celle de la benjamine Marie-Thérèse Létandart mariée à Henri BISSON.
(souvenirs relatés par Denise PLATTEEL, petite-fille d'Andrée LETANDART et Fabien ELICHABE ; et par Claude ARNAUD, petite-fille de Marie-Thérèse LETANDART et Henri BISSON).

- Andrée Létandart, fille aînée de Gustave LETANDART et Julia LIBERA, née à Châlons-sur-Marne le 2 avril 1892, a épousé le 15 juin 1918, un jeune soldat originaire du Pays Basque, Fabien ELICHABE, qu'elle a connu pendant la Grande Guerre alors qu'il était ordonnance d'officiers et logé chez les Létandart.
Après leur mariage à Châlons, Fabien est reparti avec sa jeune épouse dans son village basque de Menditte, où il était menuiser.
La Champenoise s'est adaptée dans ce nouveau milieu et ils ont eu une importante descendance : 8 enfants et de nombreux petits-enfants et arrière-petits-enfants.


- De son côté, sa plus jeune soeur Marie-Thérèse Létandart, née à Châlons le 20 mars 1899, a épousé le 31 mai 1921 Henri BISSON, qui par la suite a géré la ferme familiale d'Aigny près de Châlons. Ils ont eu 3 enfants et de nombreux petits-enfants et arrière-petits-enfants.

- Quant à Madeleine Létandart, elle a eu 2 enfants de 2 époux différents, mais les a malheureusement perdus en bas-âge (Pierre GARRIEN, 1921-1922 de Maurice Marcq GARRIEN ; et Josette USCIATI, 1926-1933, de Jean Antoine USCIATI).


- Chaque été entre les deux guerres, la famille ELICHABE au complet quittait le Pays Basque et partait en automobile rendre visite à la famille restée en Champagne : les parents d'Andrée (Gustave et Julia LETANDART) à Châlons, et ses soeurs Madeleine et Marie-Thérèse à Aigny (la famille Létandart possédait 12 maisons à Châlons, Aigny et Sommesous).
Les 8 enfants ELICHABE (André, Marguerite, Henri, Marie-Thérèse, Anne-Marie, Fernande, Pierre et Françoise) et leurs 3 cousins BISSON (André, Yves et Michèle) étaient heureux de se retrouver pendant les vacances, jusqu'au début de la seconde guerre mondiale en 1939.

Hélas, La guerre a interrompu les visites familiales en Champagne.
Gustave Létandart est décédé le 10 février 1939. Et en 1940, sa veuve Julia est partie avec sa fille Madeleine pour se réfugier chez sa fille Andrée Elichabe au Pays Basque.
Mais comme sa belle-mère Mélina MAILLET en 1914, Julia Libéra Létandart est décédée pendant ce nouvel exode (elle est morte le 6 juin 1940 à Nevers d'un caillot de sang au coeur). Après son enterrement en Champagne, Madeleine est redescendue seule au Pays Basque, où elle a passé quelques années chez sa soeur Andrée ELICHABE.


De son côté, la famille BISSON restait à Aigny, où Henri BISSON et ses fils André et Yves entraient en résistance (ils étaient en contact avec de nombreux résistants, dont Jean MOULIN).


Après la guerre, les liens entre les branches basque et champenoise de la famille se sont espacés mais ne se sont pas perdus, et actuellement (en 2019) les familles de cousins restent en contact (les descendants d'Andrée Létandart, mariée à Fabien ELICHABE et de Marie-Thérèse Létandart, mariée à Henri BISSON à Aigny, près de Châlons).

Le récit qui précède est illustré sur un document établi par la famille des descendants de Mélina Maillet par son fils Gustave LETANDART

 

Andrée Létandart
avec son mari Fabien Elichabe
Voir le document pdf établi par leurs descendants


(détails)

Marie-Thérèse Létandart,
épouse Bisson,
et un de ses 3 enfants
Voir le document pdf établi par leurs descendants

 

 


(détails) Sommesous, la gendarmerie, avant la Grande Guerre
Voir le document pdf:
"Sommesous avant 1914"


(détails) Sommesous, ruines de la guerre, la Gendarmerie
Voir le document pdf:
"Sommesous, destruction en septembre 1914"


(détails) La Gendarmerie, de nos jours
Voir le document pdf:
"Sommesous reconstruit après 1914"

 

 

Gustave Létandart était un des fondateurs des ETABLISSEMENTS MIELLE

_______________


(détails) Une branche de Marronnier, peinture, par Andrée Létandart
Voir aussi quelques autres tableaux d'Andrée Létandart sur un document pdf